Mots-clés

,

J’attends mon train, en partance pour Paris, dans un café de la gare. Il est 9h du matin. Je déguste mon panino jambon fromage, et tout d’un coup, dans cette gare de province, une apparition modesque digne d’une fashion week, façon « outside Chloé fashion show« …: une mamie, d’une élégance discrète mais incroyable, prenant son cappuccino à deux tables de moi. Magnifique, avec son visage flétri de 75 ans passés, comme la fleur de coquelicot dont elle porte le rouge aux lèvres, l’oeil azur pétillant et lumineux, le duffle-coat à capuche camel, le chemisier de guipure noire ouvert sur un t-shirt loose noir porté sur une jupe crayon en cuir impeccable, longueur genou, SANS BAS dans des kitten heels pointus noirs… Elle a deux cabas avec elle: l’un, son sac à main sans doute, en cuir noir façon Birkin, très chic, et l’autre, un cabas transparent à fleurs noires, où semble régner un joyeux bazar beauté-bagage… Une goutte derrière les oreilles d’un flacon de Mitsouko – je le reconnais, ce parfum, depuis ma place… mais attention, pas en vapo, hein, en flacon de parfum!…- qu’elle sort brièvement de son sac noir, un porte-cartes argenté d’où elle tire une carte de visite, un coup de fil…. Je pars prendre mon train, et cette mamie m’a presque donné envie d’avoir 75 ans…

About these ads