À mi-chemin entre « Lost in translation », et un film de Kusturica version chti… Quand la mer monte, (Yolande Moreau, Gilles Porte, 2004) ne manque pas de charme. Il y a là une âme, un coeur, des sentiments qui montent comme la mer et auxquels Yolande Moreau, réussit à nous faire croire vraiment. Musique, mise en scène, fantaisie onirique…Cette rencontre magique et incongrue entre deux êtres simples, dans l’atmosphère si particulière du plat pays entre la Belgique et Lille, garde aussi ses nuances, ses secrets, à l’image des silences de Yolande Moreau, amoureuse emportée, submergée, mais effrayée, dépassée aussi par la vague soudaine qui monte, vers elle, du véritable amour.
Vu le 19 Novembre 2004. Note: ***

Publicités