Mots-clefs

Une ambiance « cheap » (Orange n’est vraiment pas une belle ville et qui par-dessus le marché semble ne faire aucun effort d’accueil et d’amélioration urbaine autour des Chorégies (bonjour, le menu « chorégies » systématique – autrement dit, le coup de barre- pratiqué par tous les restaurants – d’aspect peu avenant, en plus – qui entourent le théâtre antique) et un public de feria de seconde zone, un ténor au-dessous de tout (qui a même copieusement aligné les canards dans une vocalise ascendante du célébrissime « demeure chaste et pure » au premier acte – à tel point que certaines personnes ont quitté l’amphithéâtre). On ne comprend pas d’ailleurs comment les applaudissements ont pu tout de même fuser pour un Roberto Alagna si médiocre. Le personnage de Valentin (le frère de Marguerite – parfaite Inva Mula-, interprété par Jean-François Lapointe) était mille fois plus à la hauteur, et il a d’ailleurs reçu l’ovation finale, face à un Alagna très médiocrement a pplaudi, et qui méritait même une plus grande sévérité encore de la part du public: je l’ai trouvé terne, fade, désinvolte… Quant à la mise en scène, pourquoi cet orgue immense et omniprésent, camouflant le fond du théâtre antique jusqu’à en étouffer la mise en scène dans une solennité dont le Faust n’a vraiment pas besoin tellement c’est déjà « lourd », comme opéra? Dans l’at tente d’autres critiques plus franches et honnêtes, je trouve déjà que Le Figaro est bien gentil en qualifiant de « contre-ut hasardeux » les canards d’Alagna, alors que c’était une vraie casserole!!!
Bref, n’y allez pas le 5 août (ou, si vous y allez, n’applaudissez pas Alagna), contentez-vous de la retransmission sur France2, en espérant qu’Alagna se sera ressaisi… Visiblement, on n’était pas les seuls à repérer les canards d’Alagna et son contre-ut désastreux, ainsi que les coupures (le ballet en particulier) opérées dans l’oeuvre de Gounod: forum opérapro

Publicités