Bon, il va falloir vraiment qu’on m’explique ce qu’a voulu faire Paolo Sorrentino en réalisant ce film sur Giulio Andreotti. Parce que faire un film obscur, mystérieux et en même temps quelque peu déclamatoire sur un personnage en soi déjà auréolé du soufre de Cosa Nostra, je ne vois pas trop ce que cela apporte… Alors, ça commence plutôt bien, par l’avalanche de meurtres dont on comprend que Andreotti pourrait être à l’origine, et puis le portrait du bonhomme (aussi émotif et impénétrable qu’une porte de prison fermée), on ne peut pas dire qu’il soit raté… Mais ça s’enlise et nous, on s’endort (j’ai dormi). C’est grinçant sans être drôle, grave sans être clair… Bref, j’ai nettementpréféré Gomorra, y a pas photo!!! Giulio Andreotti, par Massimo Franco.
Vu le 6 février 2009. Note:*

Publicités