Quel ennui et quelle déception que ce Numero 9, animation produite (et uniquement produite) par Tim Burton! Sorti du dessin et de la technicité animée, c’est creux, vide, ennuyeux et d’un 1er degré consternant. Euh, ils avaient plus de sous pour payer un scénariste ou quoi??? cela commence pas mal et très dans la veine Tim Burton, disons, les 10-15 premières minutes (très poétiques et originales) sur la fabrication de bric et de broc des petits personnages… Et puis alors après, cela tourne en rond pendant l’heure (et quelque) qui reste. Tout est dit dès le départ (la machine inventée par l’homme a détruit l’homme, et le monde n’est plus que dévastation et désolation), et on n’est pas plus avancé à la fin, la thèse de départ est exactement la même, c’est juste que les gentils tués par les grosses bébêtes (« ils sont libres maintenant », entend-on comme si le seul espoir dans ce monde terrible était l’au-delà) montent au ciel, et voilà. A part ça…. En plus les dialogues sont d’une platitude consternante: à part « combattons la grosse bébête et tentons de sauver les gentils », c’est d’un vide intersidéral… Aucun effort pour approfondir la symbolique des 9 petits personnages de toile de jute (au demeurant, super réussis), aucun humour (on peut parler de choses graves avec de l’humour, non?), aucun second degré: les 9 petits personnages sont sensés être les réincarnations-projections morcelées de l’âme de leur inveneur… Eh bien, ça, par exemple, ça aurait pu être approfondi… Mais non, rien, chaque personage n’est qu’un numéro, pas si personnalisé que ça au final, très simpliste et pas vraiment représentatif de la projection complexe d’une âme humaine…
Bref, j’arrête, c’est juste ultra décevant du point de vue du fond. Heureusement que la forme sauve la mise, mais ça serait dessiné façon manga moche, eh ben, bonjour l’ennui total…
Dernier souci: comme c’est un film quand même hyper sombre et violent dans les scènes entre les machines et les petites créatures, cela reste délicat à voir pour un enfant de moins de 8-9 ans, et à mon avis, on s’ennuie à partir de l’âge de 14… Bref, tranche d’âge visée: les 10-14 ans.
C’est un peu mince, non? Quelque chose me dit qu’ils auraient dû en rester au court-métrage initial…
Vu le 10 oct.2009. Note: *
Publicités