Étiquettes

Mon cas est déjà désespéré côté chaussures : elles ont récemment toutes atterri dans une bibliothèque BILLY à 9 rayonnages (c’est dire!) sur laquelle j’ai vissé de grandes portes opaques… un peu à l’arrache parce que (et les IKEA addict le savent bien) une BILLY ne peut avoir que de grandes portes… transparentes… et que, bon, mes tatanes en vitrine dans le salon, ça le faisait moyen… – Tu prendras bien un petit Porto? – Non, merci, une Chie Mihara, plutôt…
Bref. Je disais donc que mon cas était désespéré mais qu’il ne risque pas non plus de s’arranger avec la tendance de ce printemps-été qui coïncide (et non l’inverse) avec la véritable vénération que je voue à toute sandale, salomé, ou sabot (voire botte ou bottine) un peu citadin qui porte semelle de bois ou simili bois, qui sorte un peu des sentiers battus quand même et qui puisse se porter avec des chaussettes de papi…

….Et quand en plus, le sabot citadin (souvent si décrié) se pare de grosses chaussettes sur talons vertigineux en se mixant à une tenue urbaine….alors là, je fonds… et merci à Balibulle d’avoir contribué à réveiller ma fixette d’une part, et rappelé indirectement d’autre part cette tendance qui me fait bien plaisir, à moi l’accro des semelles bois.

Pour en remettre une couche, Nadia sous-entend alors que chez ZARA, sur le sujet « ils ont fait vraiment très fort » ….saisissant la nouvelle au vol, je fonce vérifier par moi-même, connaissant l’Espagnol pour être assez doué dans la chaussure bois/jolie et pas trop chère. Et voici le résultat (merci Nadia..), avec une ligne aussi pure que des YSL du meilleur crû, et le rapport qualité-prix (oublions les 30% de moins qu’elles doivent bien coûter à Barcelone ! mais soit), voilà… la TGB(illy) des chaussures n’a qu’à bien se tenir….

[désolée, pour l’étiquette qui dépasse, mais l’Homme doit encore donner son avis, car le coach shoes, au final, c’est lui…]

Après, pour ce qui est d’être pour ou contre les sabots, j’ai aussi testé le sabot « bas », le classique, en cuir brun foncé, le TOFFELN brut de fonderie, quoi, mais à part le week-end et pour aller à la danse, ou se balader en jean, c’est trop plat et on se sent un peu trop près du plancher des vaches….Et à talons, ça casse quand même beaucoup ce risque… Parce que le risque, avec les sabots, c’est quand même l’effet « Heidi au pays des vaches Milka« ; il est néanmoins écarté dès lors que le sabot est noir MAIS verni, que le sabot est marron MAIS à franges de shoes de golf, que la sandale est à talon bois MAIS vertigineuse… Et alors, les chaussettes dans les sandales d’hiver ou dans les semelles bois, c’est géant pour la fraîcheur que cela apporte à une tenue… Personnellement, j’aurais une préférence pour le sabot-sandale : parce que le sabot fermé devant, il lui faut un talon un peu haut, ou alors de la couleur, du fleuri, ou du vernis, et il faut vraiment que la ligne et la qualité soient irréprochables pour ne pas tomber dans le style Gipsy King en tournée à Palavas-les-Flots ou « je vais voir le Taureau-piscine au Grau du Roi » ou « je pars à la feria des Saintes-Maries-de-la-Mer » (y en a pas, je sais… de Nîmes, alors…)…. DAREL nous en promet d’assez jolis pour ce printemps STUART WEITZMAN aussi, mais c’est beaucoup plus cher….

Mais il faut reconnaître que (et ça a beau être CHLOÉ ou CHANEL), il y a des choses quand même pas possibles parmi les sabots de l’été 2010

Et puis, il y a aussi les CONTRE : EVE (acharnée contre, visiblement) et GARANCE, qui n’a pas l’air de s’y faire et se demande si elle cèdera….

Les pour et les contre s’accorderont-ils à la fin de l’été ?

Publicités