Étiquettes

,

« Un jour j’aurai mon nom gravé en lettres de feu sur les Champs-Elysées », déclarait le tout jeune Yves Saint-Laurent, alors seulement âgé de 11 ans… La prophétie se réalise aujourd’hui puisqu’un immense YSL surmonte les portes de la rétrospective qui lui est consacrée au Petit-Palais. Tempérons à l’occasion la perplexité de Géraldine Dormoy sur Café mode: avec les 15000 créations du styliste en plus de 40 ans, il y avait de quoi faire bien plus que les 15 salles présentées qui offrent largement les aspects essentiels de l’art d’ Yves Saint-Laurent.
Du Rimbaud de la haute couture, on retiendra que:
*
Petit-Poucet rêveur, il égrénait dans sa course… des modèles intemporels. En visitant l’expo, essayez donc un peu de jouer à deviner les dates des robes et des tailleurs-pantalons… Vos erreurs même (« -ah tiens, ça, ça doit être 1990…-ah zut, encore raté: 1963!! ») vous en apprendront au moins autant, sur le talent décidément intemporel du couturier, que les légendes succintes du dépliant fourni.
* YSL rimant au milieu des ombres fantastiques, comme des lyres, tirait les élastiques: il dessinait inlassablement, et de ces dessins naissait, presque à son insu, chacune de ses créations géniales…Un peu comme si une espèce de force, irrationnelle, s’emparait de lui, dirigeant le crayon de manière imprévisible.
* La robe YSL de plumes d’autruche noires, corset velu des mouches éclatantes, portée par Laetitia Casta lors des Césars 2010 et exposée au Petit-Palais dans une version non rebrodée de noir, donc beaucoup plus transparente encore, est en réalité une robe créée en 1968.
* J’allais sous le ciel, Muse, et j’étais ton féal: dans la salle Catherine Deneuve, la quasi muse d’YSL, on découvre (je m’en doutais bien un peu, mais pas à ce point) que Belle de Jour n’est autre qu’un défilé de tenues YSL
* Et son paletot devenait idéal: le vertigineux mur de tailleurs-pantalons, noirs sur fond noir, est un brillant hommage à celui qui bouleversa à tout jamais les paragons de l’élégance féminine.
* Y noir S blanc L rouge: les pans de murs recouverts de milliers de bouts de tissus colorés, issus des classeurs de YSL, laissent penser que la création d’un vêtement avait sans doute pour lui quelque chose d’aussi obsessionnel que la couleur des Voyelles pour Rimbaud, ne laissant que peu de répit à une imagination sans cesse en éveil, jamais en repos…nuit et jour…. une vie entière…
* Enfin, ses étoiles au ciel avaient un doux frou-frou, et d’ailleurs j’aurais bien piqué quelques modèles, dont la robe-bermuda de lainage noir, que j’ai dessinée ci-dessous (en lui associant des compensés Dior), datée de 1968, mais qui reste, quand même, éternellement sooo… 2010:

Silhouette YSL

Silhouette YSL

Celui dont les initiales prédestinées composaient, à une lettre près, l’anagramme du mot « style » répétait, à l’instar de Coco Chanel: « La mode passe, le style reste ». YSL reste bel et bien, et l’on sort de cette expo en ayant découvert, plus qu’un couturier, un artiste, un dessinateur, un poète….

Publicités