À voir absolument lors de sa sortie en France (bientôt, on l’espère!), le dernier Ferzan Ozpetek, cinéaste italien que décidément j’adore (Le Fate Ignoranti est l’un de mes films cultes, qui m’émeut toujours autant même si je l’ai vu 3 fois): le superbe film Mine Vaganti (2010) (bombes à retardement, terrain miné…) pour lequel, une nouvelle fois, j’ai versé ma larme… Tel un Almodovar italien, ce cinéaste d’origine turque sait mêler à merveille le comique et le tragique, au travers de thématiques autobiographiques récurrentes. C’est l’histoire de la tentative de coming out de Tommaso, un jeune homosexuel (magnifique Riccardo Scamarcio, jeune et très prometteur espoir du cinéma italien actuel) dans sa famille des Pouilles, confronté alors à une situation déchirante due à un coup de théâtre initial (génie du scénario!!) sur lequel repose ensuite toute l’intrigue du film. Gravité du sujet d’une part, légèreté de situations souvent cocasses d’autre part, le film traite de sujets graves avec la maestria de l’auto-ironie (la scène de l’apéro familial avec les copains romains de Tommaso, venus le trouver par surprise dans les Pouilles, est à elle seule un savoureux moment d’anthologie comique), et c’est fabuleusement drôle, attachant, émouvant, bouleversant…. Vu tout dernièrement à Milan, dans un cinéma près du Duomo. Note: ***
La Bande-Annonce:

Publicités