Étiquettes

Une seule paire n’est jamais parvenue à entrer dans le fameux « tas de shoes« : les derbys masculins plats. Impossible. Et ça n’est pas faute d’avoir essayé, hein… J’ai pourtant tenté l’aventure un nombre incalculable de fois: des derbys dentelle repérés chez Nadia, commandés chez Topshop en version basse, puis revendus, aux derbys San Marina Grisette que j’ai rapportés presque immédiatement, en passant par ceux, cool, camel et souples, de chez Somewhere… Désabusée, j’ai même fini par renoncer à tenter les belles Natascia de chez Yoox.

Garance Doré – crédit photo @The Sartorialist

Mais comment font ces filles (habillées dans un vestiaire strictement masculin de la tête aux pieds, qui plus est…) pour atteindre un tel degré de sexitude avec des pompes, objectivement et théoriquement, les plus moches de la terre pour une fille, mais qui – objectivement aussi – peuvent être aussi sexy que des talons de 12… Cet anti-talon par excellence me fascine autant par son potentiel d’élégance qu’une paire de superbes YSL à talons.. Mais voilà, moi, dès que je les chausse, non seulement je sens que c’est plat, mais limite j’ai l’impression que ça remonte de l’avant et que ça penche vers l’arrière. Résultat: jamais pu me résoudre à autre chose qu’à leur équivalent, mais à talon.

Source photo: @Carolinedaily

Et si encore, j’avais un physique et un style plus proche de celui d’une pou-pouff à la Paris Hilton que de celui de Garance Doré, je comprendrais où le bât blesse… Mais non. Si j’ai précisément envie de porter de genre de shoes, c’est que je me reconnais un minimum dans ce style-là… Et la fixette persiste: je ne désespère pas d’avoir un jour le déclic…

Advertisements