Étiquettes

,

… au Musée du Luxembourg c’est depuis le 9 février et jusqu’au 23 mai 2011, il faut donc se dépêcher d’y aller! Et ça vaut vraiment la peine [voir le parcours numérique de l’expo]. J’y ai appris ce week-end toutes sortes de choses que j’ignorais de l’un de mes peintres préférés, dont le quasi fauvisme van goghien est si fascinant. Artiste prolixe et non isolé (à tel point que c’est davantage de son atelier – où son fils Luca Cranach Le Jeune officie également – qu’il faut parler, que du peintre seul), ultra populaire à la cour de Saxe, Lucas Cranach l’Ancien était fort impliqué dans la Contre-Réforme luthérienne (ce Luther dont il a fait de si nombreux portraits). J’aime toujours autant ses bleus  » piscine  » ou bleus  » canard  » utilisés comme fonds des portraits, ou juxtaposés à ces oranges magnifiques, ou encore l’association rouge/orange si particulière à sa peinture… signée d’un serpent ailé rubis dans la gueule. L’un des principaux apports de l’exposition est aussi le magistral rapprochement de sa peinture et des gravures de Dürer dont les deux mélancolies sont frappantes de similitude, pour preuve de la force influence de Dürer sur Lucas Cranach l’Ancien

Lucas Cranach l'Ancien, la Bouche de la vérité - vers 1525-1530

Oeuvres choisies:

Portrait de Georg Spalatin 1509
Portrait de Philipp Melanchthon
La loi et la Grâce 1529
La charité 1537
Hercule chez Omphale (fondation Bemberg, Toulouse) /
Les amants mal assortis /
La bouche de la vérité (ci-dessus): Analyse du tableau

Publicités