Mots-clefs

Je ne l’avais pas vu à sa sortie, et je l’ai vu hier. Me souvenant de l’avis mitigé de Géraldine, je ne m’attendais pas au film du siècle, mais tout de même, le plus gros défaut de ce film saute assez vite aux yeux (et à l’incrédulité du spectateur) et ça ne casse pas trois pattes à… un cygne. Faire de l’intrigue du Lac des Cygnes un prétexte à thriller psycho-fantastique, l’idée n’est pas bête du tout, associée à la thématique Dr Jekyll et Mr Hyde, le combat schizophrène d’une danseuse avec ses propres démons passé au filtre de la dichotomie cygne blanc/ cygne noir, why not… Natalie Portman est très bien, Vincent Cassel aussi; mais le problème, c’est qu’on rigole quand les mains de Nina se transforment en ailes et qu’il lui pousse des plumes sous la peau (merci les effets spéciaux façon l’incroyable Hulk). Pourquoi? et là je partage l’avis de Géraldine: le fantastique du film arrive de façon totalement artificielle, quasi mécanique et systématique, si bien qu’on a l’impression d’une espèce de routine de mise en scène… et qu’on finit par faire « ouarf ouarf » en en apercevant les énormes ficelles tirées par les … plumes. En revanche, je ne partage pas l’avis de Géraldine quant à l’intérêt du film pour ce qui concerne le monde de la danse et son « masochisme ». Rien à voir avec la réalité, c’est simplifié au possible et ça n’ajoute que des clichés aux clichés, sans apprendre quoi que ce soit de très fiable sur la vie d’une danseuse étoile (mis à part au début lorsqu’elle arrache le fond de ses chaussons de pointe pour en faire des 1/4 de pointe, tout le reste n’a strictement aucun intérêt sur le monde de la danse). Note: * [je partage assez la critique de l’Express]

Publicités