Appartamento ad Atene n’est pas encore sorti en France (sortira-t-il? espérons-le…) mais je l’ai vu en avant-première, et en présence du réalisateur… Thématique et atmosphère cinématographiques y rappellent La vie des autres et Le silence de la mer: ce splendide film intimiste sur l’ambiguité de la nature humaine, en temps de guerre (ou pas), sur l’humain au coeur de l’inhumain (un S.A. hébergé de force auprès d’une famille dans la Grèce occupée est contraint, par les événements dans l’Allemagne de 1943, de laisser émerger un semblant d’humanité) fait partie des rares films où les nuances et la finesse prévalent sur le manichéisme, détail d’importance sur un sujet aussi brûlant que le nazisme et sur son impact au coeur de l’intimité des hommes. Mention particulière à l’une de mes actrices vénérées, la sublimissime (même âgée) Laura Morante. C’est un film à ne manquer sous aucun prétexte dès sa sortie en France, où il a néanmoins déjà reçu de multiples récompenses (et ailleurs aussi). À voir en VO, bien sûr…
Vu: décembre 2012. Note: ****

Advertisements