Étiquettes

, ,

L’exposition Tamara de Lempicka à la Pinacothèque de Paris est à ne manquer sous aucun prétexte et ce, à plus d’un titre: d’abord parce que l’on y retrouve l’une des artistes les plus marquantes depuis les Années Folles jusqu’à une époque plus récente (Tamara de Lempicka est morte à 81 ans), et ensuite parce que les oeuvres exposées, provenant pour la plupart de collections privées (collection Richard et Anne Paddy, USA; collection Yves et Françoise Plantin pour n’en citer que deux) ne sont que très rarement réunies… Quelques exemples en images des oeuvres qui m’ont le plus frappée:

(cliquer sur les photos ci-dessus pour faire défiler la galerie en grand)

Sa peinture est un savant mélange de futurisme, de nabi-fauvisme (elle suivit les cours de Maurice Denis, sur les conseils de sa soeur Adrienne qui l’encouragea à la peinture), de cubisme, avec même quelque chose du mystère du peintre Balthus (comparer les Deux fillettes aux rubans, Lempicka 1925 et Les beaux jours, Balthus 1944). Mais ce qui frappa la critique, et sans doute ce qui la caractérise le plus, c’est son aptitude à peindre les chairs comme de la céramique:

Tamara de lempicka La belle Rafaela

Tamara de Lempicka, La Belle Rafaela, 1927

L’on y apprend aussi que Tamara de Lempicka était non seulement une scandaleuse, garçonne et bisexuelle multi-amants et multi-amantes, mais aussi une sorte de « blogueuse IRL« , une people très en avance sur son temps et à même de faire son auto-promotion permanente et qui, même sans twitter ou facebook, était passée maître dans l’art de la storytelling ou de l’auto-mise en scène personnelle, ce qui la conduisit à être (à l’instar d’une Miroslava Duma ou d’une Ulyana Sergeenko aujourd’hui!) égérie mode dans les années 30 pour l’Officiel de la Couture ou Mode à Paris… Elle-même dessina pour la mode, et des robes Vionnet, Rochas ou Lelong parsèment ses tableaux…

(cliquer sur les photos ci-dessus pour faire défiler la galerie en grand)

En savoir plus : Lakevio – L’Art nouveau, la Révolution décorative et Tamara de Lempicka – l’avis de Louise going out – Exposition Tamara de Lempicka à la Pinacothèque de Paris, jusqu’au 8 septembre 2013.

Advertisements