Mots-clefs

, , ,

À la quarantaine (et même: passé 35 ans) il est des pièces qu’il n’est plus possible d’envisager approximatives. Et le trench peut-être plus encore qu’aucune autre. En réalité, le trench ne souffre aucune approximation. Trop long, c’est tendance robe de chambre, à l’instar de Sharon Stone. Si les manches sont trop raglan, on finit peterfalkée. Trop grand, trop « mec », trop « mastic » et trop vintage années ’80, et hoplà! c’est le Samourai delonesque direct. Trop fluide enfin, sans tenue et kaki douteux, on se demandera si vous avez racketté un clochard pour le lui piquer…. Alors que dans l’idée, il vaudrait mieux tenter de se rapprocher de tout ça, ou de ça:

mode-diaporama-look-tendance-ines-de-la-fressange-nine-trench_reference

photos « la leçon de style d’Inès » – magazine @ELLE

Tout ça pour dire que j’en ai eu soudainement (trèèès) marre de mes approximations trenchesque et que, à avoir frôlé maintes fois le Peter-Falk-qui-a-dormi-sous-les-ponts-tout-en-causant-Audiard-à-Jean-Gabin, j’ai fini par décider qu’il fallait que cela cesse, et par craquer en miel et en noir chez Burberry, immolant ma CB sur l’autel d’Inès, de Nine et d’Alexa réunies. La faute aux vendeuses, aussi, qui me les ont laissés à 500€ d’escompte sur le total. Je suis irrécupérable, je sais [une fidèle lectrice, pourtant Burberry addict, confirmera à quel point]. Mais après tout, bilan des 6 derniers mois: après une paire d’escarpins, et une paire de bottines Santoni (plus basique-intemporel, tu fermes ton blog par ennui mortel de tes lectrices 🙂 ), on ne peut pas dire que j’aie fauté sur du it-truc dont on se lasse au bout de 6 mois… Paraît-il qu’on en prend pour longtemps, parole d’ourson à carreaux.

Ourson Burberry

Ourson Burberry – 495€ (WTF?)

Publicités