Étiquettes

Le cinéma de François Ozon a le don de nous embarquer absolument n’importe où, et on y va, on y croit de bout en bout, non sans être profondément bouleversé (personnellement, j’ai pleuré quasiment tout le film). Avec François Ozon, on a aussi le droit d’être né ni dans un chou, ni dans une fleur (quoi de plus idiot d’ailleurs) mais dans un chou-fleur. Trait d’esprit qui représente bien ce qu’est ce film: à la fois un conte, où un Prince se change en femme après avoir endormi sa Belle au Bois dormant, et les contes de Grimm ou de Perrault (et c’est là toute la force de ce film), où la réalité n’est jamais ce qu’elle est ou est ce qu’elle n’est pas, cela raconte toujours une multitude de choses sur les êtres humains, sur leurs ambiguïtés, leurs mystères… Peut-être la démarche la plus intéressante du scénario de F.Ozon est-elle celle d’inverser le discours sur la discrimination à l’égard des femmes (et avec ça, la preuve qu’au fond F.Ozon les connaît bien, les admire et les aime) en valorisant – parce qu’un homme souffre de manquer de cela – tout ce qui, parfois, peut agacer lorsqu’une femme est harcelée: être admirée, regardée, complimentée… enfin.
Soulignons bien sûr la performance extraordinaire de Romain Duris, à notre avis candidat incontournable à la succession de Gallienne au César du meilleur acteur…

F.Ozon: Une nouvelle amie (2014)

Publicités