Mots-clefs

, ,

Cela vient de me sauter aux yeux en observant les visuels Zara. Il semblerait bien que le gimmick marquant, en terme de looks, de ce début d’automne-hiver soit la jupe crayon un peu longue (alternative: la jupe midi) associée au tibia nu MAIS avec socquette ou bottines, ce qui rend alors incontournable la résolution du théorème du tibia. Pourquoi théorème? Tout simplement parce que tout réside – pour la réussite non mémérisante, voire allongeante – de l’entreprise, dans la juste mesure de peau laissée libre entre le haut de la bottine (ou socquette) et le bas de la robe (relativement longue; midi, on a dit)… Il suffit d’un centimètre de « trop » ou de « pas assez », ou au contraire de « pile comme il faut« , pour que cela passe du très moyen ou presque raté en bas…au chic suprême et moderne. La preuve en images:

Garance qui réussit assez bien le bas
[même si bof la chemise, peut-être un peu trop oversize]:

garance-dore_pfw_2

Garance Doré – PFW 2015 – photo @Garance Doré/ Erik Melvin

Cette silhouette Zara,
particulièrement bien équilibrée du tibia nu:

2969262707_1_1_1

Jupe en daim Zara – photo @Zara

…ou encore celle-ci, option jupe crayon:

2398303442_1_1_1

Jupe crayon Zara – photo@Zara

La juste proportion de tibia nu + bottine rock n’ roll (proportion qui engage en fait toute la silhouette) peut même dé-mémériser totalement une jupe plissée midi dotée d’un pourtant fort potentiel de scouting du dimanche:

6771109807_2_2_1

Jupe plissée Zara – photo@Zara

…. le tout à condition bien sûr de miser sur la bottine ou l’escarpin/ socquette, pourvus d’un talon respectable, et qui montent suffisamment sur la jambe.

Tout un art, mais cela vaut bien la peine de s’y risquer, non? avec les bonnes proportions, le résultat pouvant être vraiment du dernier cool-chic

Publicités