Mots-clés

,

C’est au Musée des Arts décoratifs jusqu’au 7 janvier 2018, et c’est à mes yeux l’expo mode à ne manquer sous aucun prétexte, comme fut incontournable en 2010 la rétrospective YSL au Petit Palais… D’une part parce qu’on y apprend plein de choses sur Christian Dior (qu’il a été galériste dans les années 30 et a même contribué à faire découvrir Dali ou Picasso en France, entre autres); et aussi parce que la mise en scène de l’expo est à la fois renversante et parfaitement cohérente et didactique. Non seulement du point de vue diachronique (les designers dans l’ordre, Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et tout récemment Maria Grazia Chiuri), mais aussi parce qu’il y a aussi des salles thématiques (celle consacrée aux créations Raf Simons, GFF ou Galliano), et des salles transversales (par couleurs, qui montrent combien l’ADN de la marque – comme on dit – au gré des variations des designers est tout de même conservé), ou encore une présentation des robes et créations avec en parallèle les inspirations sources (tableaux et époques), sans parler de la féérie de la dernière salle, qui m’a procuré quasiment l’effet du syndrome de Stendhal, proche de celui ressenti à la chapelle Sixtine (pour dire…). Je vous laisse … en images: cliquez sur la galerie pour faire défiler les images

 

Publicités